Coups de Gueules

A PROPOS DE LA DEMOCRATIE PARTICIPATIVE

C'est reparti...

Beaucoup au PS et ailleurs refont le procès de la Démocratie participative. De manière très amusante, ces mêmes personnes l' ont outrageusement copiée (voir les forums du PS; voir même le Gouvernement actuel avec diverses initiatives qui sont de la Démocratie participative). D'autres, dont les échecs électoraux récents devraient inciter à plus de mesure et de modestie, souhaite voir Ségolène Royal abandonner ce type de débat politique pour revenir à la tradition du "chef" qui nous dit du haut de sa chaire ce qu' il est convenu de penser et de faire. Mais qui sont ces gens qui viennent dire à Ségolène Royal ce qu' il convient de faire? Apprécieraient-ils, ces mêmes "has been" de la politique en permanence à la traîne du PS qu'un jour ils dénigrent et qu' un autre ils brossent dans le sens du poil, qu' on vienne leur donner des conseils?

Ségolène Royal DOIT nous dire ce qu' elle pense. Elle DOIT annoncer dès demain, comme ça, sur un claquement de doigts de ces messieurs en costume, ses orientations, son programme. Elle DOIT dévoiler son agenda. En un mot, elle DOIT rentrer dans le rang cette iconoclaste, cette empêcheuse de tourner en rond, cette "nullissime candidate", première femme en France à avoir atteint un second tour du scrutin suprême, cette "Bécassine" qui a fait un triomphe chez les jeunes électeurs, cette femme politique qui ose donner la parole aux gueux!!!

Voila, en caricaturant à peine, ce que l' on attend d' elle. Alors, je vais modestement en faire autant pour celles et ceux qui donnent leurs directives. Cher Pierre, Julien, Bertrand, Claude, Martine, François et j' en oublie, vous DEVEZ cesser d' attendre que Ségolène vous obéisse (parce que ça c'est peine perdue croyez moi) et vous DEVEZ vous aussi nous donner vos programmes, idées, propositions, projets qui, je n' en doute pas un seul instant, seront passionnants à lire et d'une originalité, d' une audace folles!

Car c'est faire beaucoup d' honneur à Ségolène Royal que d'attendre qu' elle parle pour vous déterminer vous-même. Serait-ce, toujours de votre part, l' aveu que Ségolène, au mieux vous intéresse, au pire vous inquiète dans vos légitimes ambitions?

Amitiés

Chris



A PROPOS DU TSS ( Tout Sauf Ségolène )

Monsieur Désir bonjour,
 
Militant socialiste à la section de Gennevilliers, dans les Hauts de Seine, j'éprouve une réelle admiration pour le parcours qui est le vôtre et notamment votre combat au sein de SOS Racisme.
 
Vous avez, vous et Julien Dray, influencé le destin de bon nombre de jeunes issus de la diversité et de l'immigration - dont je fais partie - en les sensibilisant sur les questions du racisme et de l'intégration.
 
Cependant, je ne me reconnais guère dans le combat politique qui est aujourd'hui le vôtre au sein du Parti socialiste. Combat qui se limite pour l'essentiel à promouvoir la candidature de Bertrand Delanoë pour la prochaine élection présidentielle de 2012 - malgré les démentis peu convaincants et très langue de bois du Maire de Paris - et à dénigrer systématiquement la personne et les idées de l'ex candidate, Ségolène Royal, sans jamais réussir à nous prouver en quoi Mr Delanoë serait à ce point différent d'elle, hormis sa capacité à mieux respecter la cuisine interne du PS.
 
Monsieur Désir, je fais partie de ces militants à 20 euros qui ont adhéré au PS pour effectivement porter la candidature de Ségolène Royal à l'élection présidentielle de 2007. Ce choix - que je ne regrette absolument pas - n'était absolument pas mû par une fascination béate pour la présidente de la région Poitou Charentes, mais par une volonté de voir mon parti sortir de sa léthargie idéologique et de ses vieilles pratiques qui l'ont conduites au désastre de 2002.
 
Beaucoup de responsables socialistes - à commencer par Bertrand Delanoë, qui ne s'est rallié qu'à contre coeur et parce qu'il ne fallait pas insulter l'avenir - n'ont jamais véritablement cherché à décrypter et à analyser les raisons du succès foudroyant de Ségolène Royal lors des primaires de 2006, se bornant à parler de "bulle médiatique" porté par les sondages. Ils n'ont jamais cherché à comprendre le profond besoin de renouvellement des militants qui explique leur soutien massif à sa candidature: Ségolène Royal incarnait la nouveauté, la proximité et un discours simple. Elle parlait des problèmes concrets des gens, là où les autres se perdaient dans des grands discours socio-économiques, technocratiques et totalement abstraits. Ne pas le reconnaître, c'est se voiler la face et se préparer d'autres lendemains qui déchantent.
 
L'élection présidentielle a mis en lumière un triple échec: échec de la candidate à construire sa légimité auprès des Français - légitimité fortement contestée par ses propres camarades, dont vous -, échec du Parti socialiste à soutenir une candidate dont les thèmes étaient en phase avec l'opinion, échec du projet socialiste que la candidate a dû porter comme un boulet et sur lequel elle a très peu pesé, quoi que vous puissiez en dire. La responsabilité de la défaite est donc collective.
 
A l'heure où le Parti socialiste doit entamer sa rénovation et désigner un nouveau premier secrétaire lors du prochain congrès de novembre, vous avez décidé de redoubler d'attaques à l'encontre de Ségolène Royal et de vous allier à n'importe quel courant qui partage votre volonté de lui barrer la route à n'importe quel prix. Y compris aux pris des compromissions idéologiques.
Me ferez vous croire Monsieur Désir que Bertrand Delanoë a davantage des points en commun avec Laurent Fabius, Claude Bartolone, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg qu'avec Ségolène Royal? Permettez moi de vous exprimer mes doutes. Les deux ont voté oui au traité constitutionnel, les deux sont sur une ligne social-démocrate, les deux sont pour un recentrage du PS, les deux prônent l'alliance des classes moyennes et des classes populaires, etc.
 
La détestation ou le mépris d'une personne, qui est membre du parti depuis plus de trente ans, ne saurait constituer les bases - saines - d'une alliance ou d'un front. Or le front anti Royal que vous et ses autres adversaires êtes subrepticement entrain de former n' a pas d'autre base que votre détestation commune. Est-ce donc cela la noble politique que Monsieur Delanoë et vous voulez incarner? Oui Monsieur Désir, j'aimerais que vous me décriviez les désaccords politiques profonds qu'entretiennent Ségolène Royal et votre champion sur l'Europe, l'économie, les retraites, la mondialisation, la sécurité, le travail, sur les alliances, etc. Oui je serais très curieux de connaître leurs divergences de fond. A moins qu'il ne s'agisse en réalité que de divergences de forme. Ce qui réduit singulièrement - vous en conviendrez - la prétendue opposition idéologique que vous cherchez à nous vendre à nous les militants, via les médias.
 
Plutôt que de favoriser un axe Royal/Delanoë/DSK qui a vocation à être majoritaire dans le parti et à le transformer positivement, vous préférez jouer la carte des conflits de personnes, avec pour seul objectif qui est d'éliminer celle qui n'a jamais fait partie de votre cercle. Celle qui est venue gâcher les plans de carrière de ceux qui n'ont jamais eu ni le cran ni le courage d'assumer leurs ambitions présidentielles et qui se sont toujours planquer derrière des comportements frileux et la langue de bois. Celle qui a eu le malheur de se faire désigner par 60% de militants et que vous vous entêtez - dans votre haine - à qualifier de "coup d'Etat" sondagier. Vous rendez vous compte de l'insulte faite aux militants? Pour qui les prenez vous? Pour des moutons et des veaux? Certes ils n'ont pas tous faits des grandes écoles et leur culture politique laisse certainement à désirer. Mais ce sont eux qui se mouillent sur le terrain, se coltinent les Français au quotidien, collent des affiches et distribuent des tracts. Bref ce sont eux qui font vivre le parti, pendant que vous les ténors vous passez le plus clair de votre temps à intriguer dans les couloirs de la rue Solférino. Vous avez une dent contre les militants à 20 euros? Vous n'avez qu'à vous en prendre à François Hollande et Jack Lang. Ce sont eux qui ont - et à raison - introduits cette procédure d'adhésion. Pas Ségolène Royal. Elle ne va quand pas s'excuser d'avoir eté la principale bénéficiaire du soutien de ces nouveaux adhérents. C'est la démocratie qui s'est exprimée.  
 
Aujourd'hui vous avez beau jeu de hurler sous les tons qu'il ne faudrait pas que les militants commettent l'erreur de nommer à la tête du parti une femme incompétente, sans idées, sans projet, obnubilée par la communication marketing et les sondages et qui veut - pour reprendre votre expression - les "caporaliser". Bel exercice d'hypocrisie que le vôtre. En effet, n'est-ce pas au nom des mêmes sondages que vous proclamer la légitimité de Bertrand Delanoë à être candidat à la direction du parti?
 
A certains égards, Monsieur Désir, je suis frappé par votre naïveté: si Bertrand Delanoë devait un jour prendre la tête du PS, ce ne pourrait être qu'au prix de graves compromissions et de marchandages d'appareil. Ce qui écornerait sérieusement son image d'homme pur et loin des magouilles d'appareil. Bertrand Delanoë ne peut seul vaincre Ségolène Royal car les deux jouent sur le même registre, celui de la modernité. Et sur ce credo, Ségolène Royal a une longueur d'avance auprès des militants. Bertrand Delanoë ne peut donc gagner qu'en s'appuyant sur les "éléphants", ceux qui n'ont aucun intérêt à voir débarquer une nouvelle génération de responsables qui les pousseraient inéxorablement vers la sortie. 
 
Pour finir, Monsieur Désir, sachez que j'apprécie Bertrand Delanoë. C'est un excellent Maire et les parisiens ont entièrement eu raison de lui renouveler leur confiance. Par ailleurs, je pense qu'il pourrait faire un très bon premier secrétaire, voire même un très bon candidat à l'élection présidentielle de 2012 (même si j'ai des très sérieux doutes sur sa capacité à l'emporter face à Nicolas Sarkozy). Cependant, ce que je n'accepte pas, ce que vous trouviez utile de le convaincre que la suite de sa carrière politique dépend de sa capacité à éliminer le plus tôt possible Ségolène Royal. Et cela quitte à utiliser les pires méthodes. Cette stratégie est à mes yeux suicidaire. Si cela devait arriver, je puis vous garantir que le PS vivrait une crise sans précédent. Le divorce entre la base et les militants serait irremédiable. Les militants veulent une concurrence saine et loyale, pas des combines.
 
Mes amitiés socialistes.       Freddy PAMBOU  militant PS 92